Un service proposé par CSL Behring
Quel métier choisir lorsqu’on souffre d’un déficit en alpha-1 antitrypsine ?

Quel métier choisir lorsqu’on souffre d’un déficit en alpha-1 antitrypsine ?

Pour les personnes souffrant d’un déficit en alpha-1 antitrypsine (DAAT), la présence d’agents polluants sur leur lieu de travail peut avoir de graves conséquences sur leur santé. Face au risque de voir la maladie s’aggraver, il est primordial d’apprendre à se prémunir de cette pollution, mais aussi d’identifier les activités professionnelles les plus à même d’entraîner des manifestations pulmonaires.

Quel métier choisir ?

Qu’est-ce que le déficit en alpha-1 antitrypsine ? 1,2

Le déficit en alpha-1 antitrypsine (DAAT) est une maladie génétique qui apparaît lorsque que la protéine AAT se trouve en faible quantité dans le sang. Synthétisée par le foie, elle a pour fonction de protéger les poumons contre des enzymes appelées protéases. Ces dernières sont libérées dans les poumons au cours de processus inflammatoires provoqués par des infections extérieures mais aussi l’inhalation d’agents irritants tels que la fumée de tabac. Lorsque l’alpha-1 antitrypsine n’exerce pas son rôle protecteur, ces enzymes s’attaquent également aux fibres élastiques des poumons, ce qui entraîne chez les patients un emphysème d’origine génétique, qui est notamment l’une des formes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

 

Choisir un travail compatible avec un DAAT 2,3,4

Poussières, composés organiques volatils, allergènes… En France, près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Cette variété de substances est à l’origine du développement ou de l’aggravation des maladies respiratoires. Pour les individus atteints d’un DAAT dont les poumons sont insuffisamment protégés vis-à-vis de ces composants, il est donc essentiel de privilégier un environnement de travail qui les expose peu aux polluants.

Privilégier un emploi qui expose peu aux polluants 2,3,5

Lors du choix d’une carrière professionnelle, les jeunes patients doivent vérifier que leur futur emploi est compatible avec leur maladie et fuir ceux qui les exposent de manière répétée à des substances toxiques. Pour les personnes diagnostiquées à l’âge adulte et qui travaillent dans un environnement à risque, une réorientation professionnelle pourra être envisagée.
Par mesure de précaution, les personnes atteintes d’un DAAT peuvent faire le choix de s’orienter vers un emploi qui s’exerce dans des locaux à “pollution non spécifique”. C’est à dire de lieux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine, à l'exception des sanitaires.
D’une manière générale, il est recommandé de se tourner vers son médecin traitant ou un médecin du travail (tenu au secret professionnel) pour s’informer sur son futur choix de carrière – compatible ou non avec la maladie –, mais aussi sur la manière d’aménager au mieux votre rythme de travail.

Quels métiers éviter avec un déficit en alpha-1 antitrypsine ? 6-12

Du fait de leur exposition récurrente aux agents polluants, certains métiers sont à proscrire. Ils peuvent en effet entraîner des manifestations pulmonaires aggravantes pour les personnes atteintes d’un DAAT. Parmi ces métiers, figurent notamment :

- Les métiers des industries extractives et les chantiers du BTP, particulièrement exposés à des agents chimiques dangereux : peintures, solvants, ciments, poussières de bois, d’amiante, de plomb, fumées de soudage… Parmi ces substances, figure également la silice que l’on retrouve dans les minerais, les carrières, les usines de poterie, de verrerie, de cristal ou encore l’industrie du bâtiment. En cas d’exposition répétée à cette substance, les travailleurs risquent une silicose, une maladie pulmonaire grave.
- Les métiers de la plasturgie : le plasturgiste qui transforme les matières plastiques pour obtenir un objet fini, est exposé à des risques chimiques. Ceux-ci sont induits notamment par voie respiratoire, par inhalation de poussières ou libération de produits volatils toxiques, lors de l’élévation de la température pendant le procédé de fabrication.
- Les industries métallurgiques : l’exposition permanente des travailleurs à des métaux ou composés métalliques sous forme de fumées, de particules ou de poussières, est responsable de pathologies respiratoires aiguës ou chroniques.
- Les métiers du bois tels que les menuisiers, les ébénistes, les charpentiers, les papetiers sont également à éviter… En effet, les poussières de bois sont nocives par inhalation, mais plus ou moins selon les variétés d'essences de bois et les produits chimiques associés dont notamment le formaldéhyde. Ce composé organique très volatil est notamment utilisé comme liant dans les résines. On le retrouve dans les produits de bricolage, d’entretien, dans les revêtements de murs, de sols ou de meubles…
- Les métiers de la transformation de la fourrure et du cuir : Les opérations de polissage et le ponçage du cuir engendrent une quantité importante de poussières de cuir très fines, tout aussi nocives que celles du bois.
- Les métiers de l’agro-alimentaire, parmi lesquels les meuniers, boulangers ou encore biscuitiers. L’exposition aux poussières de farine est particulièrement nocive pour les voies respiratoires, car la farine est une substance très volatile et les particules en suspension sont aisément inhalées, pénétrant jusqu’aux alvéoles pulmonaires. Sont également concernés par un risque de contamination par des poussières organiques les fromagers, les brasseurs et les sucriers.
- Les métiers de soin aux animaux : oiseleurs, toiletteurs pour chiens et chats, vétérinaires… Les affections respiratoires sont souvent provoquées soit par des poils d’animaux, soit par des plumes ou déjections d’oiseaux.
- Les métiers de l’agriculture : la manipulation de céréales, de foin, de paille, de compost, de grain moisi, de fientes exposent les agriculteurs, horticulteurs, maraîchers, arboriculteurs, à des quantités élevées de poussières organiques et de moisissures. Les éleveurs sont également exposés à des agents biologiques présents massivement dans l’atmosphère des locaux confinés des animaux d’élevage.
- Les métiers de l’esthétique, où sont utilisés de nombreux produits chimiques – solvants, colophane, détergents, désinfectants –, qui émettent des composés organiques volatils dans l’air. Les salons de coiffure sont également des lieux de travail à risques en raison des substances irritantes et allergisantes contenues dans de nombreux produits capillaires utilisés pour les shampooings, les teintures, les décolorations et les permanentes.

Se prémunir de la pollution intérieure sur le lieu de travail 13,14
Les patients atteints d’un DAAT qui s’orientent vers des emplois a priori peu polluants doivent cependant rester vigilants. Selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, nous passons aujourd’hui plus de 80 % de notre temps dans les lieux clos. Or, l’air à l’intérieur des bâtiments est souvent plus pollué que l’air extérieur.
Il faut donc veiller à ce que son espace de travail ne se trouve pas dans un milieu confiné et soit bien aéré. En effet, de nombreux composés volatils ou semi-volatils sont présents au sein des entreprises. Ils émanent des moquettes, des peintures, des produits de ménage, des chauffages, des meubles ou encore des imprimantes et bureautiques.
D’autres facteurs peuvent entraîner une pollution de l'air, dont les patients atteints d’un DAAT doivent se protéger : la longue cohabitation de plusieurs personnes dans des bureaux, une aération et climatisation des locaux défectueuses ou encore la proximité éventuelle d'ateliers de production émettant des produits volatils et des poussières.

 

Qualité de l’air au travail : ce que dit le code du travail

Le code du travail précise que tous les employeurs ont des obligations de prévention pour préserver la santé de leurs salariés. Les salariés disposent d’ailleurs d’un droit de retrait en cas de pollution leur faisant craindre pour leur santé ou si les dispositions légales ne sont pas respectées.

Les obligations relatives à l’air ambiant

Les employeurs ont notamment une obligation spécifique relative à l’air ambiant. Dans les locaux à pollution non spécifique, l'aération est assurée soit par ventilation mécanique, soit par ventilation naturelle permanente.
Cette obligation relative à l’air ambiant est également applicable dans les locaux à pollution spécifique :
- Les locaux dans lesquels des substances dangereuses ou gênantes sont émises sous forme de gaz, de vapeurs, d’aérosols solides ou liquides,
- Les locaux pouvant contenir des sources de micro-organismes potentiellement pathogènes
- Les locaux sanitaires.
L’installation d’une ventilation par l’employeur doit permettre d’y apporter de l’air neuf dans les mêmes conditions que celles prévues dans les locaux à pollution non spécifique et de respecter les valeurs limites admissibles de concentration de poussières, gaz, aérosols, liquides ou vapeurs pour préserver la santé et la sécurité des travailleurs.
Dans tous les cas, l’employeur doit faire procéder à un contrôle et une maintenance de façon régulière des installations d’aération.

Les obligations relatives aux équipements de protection individuelle 3

Si un travail place un employé dans une situation qui l’expose de manière répétée à des substances toxiques, l’employeur a l’obligation légale de prendre les mesures nécessaires pour que les équipements de protection individuelle soient effectivement utilisés, maintenus en bon état de fonctionnement et désinfectés avant d'être attribués à un nouveau titulaire. Parmi ces équipements figurent notamment les masques respiratoires conçus pour diminuer le risque d’exposition associé à l’inhalation de fumées, poussières, vapeurs, brumes ou particules.

SOURCES :

  1. Site Internet de l’Association Alpha 1 Foundation. Section : Learning about Alpha-1. Page : Qu'est-ce que c'est le déficit en AAT? Consulté sur https://www.alpha1.org/fr/Quest-cequecestledéficitenAAT, le 10/12/2019
  2. Le Déficit en Alpha-1 AntitrypsineUn Guide Pour Les Nouveaux Alphas. Brochure de l’Association Alpha-1 Foundation. Consulté sur https://www.alpha1.org/Portals/0/Documents/RecentlyDiagnosedBroch-FR.pdf, le 10/12/2019
  3. AlphaNet, Inc.
  4. Site de l’Observatoire des Inégalités. Inégaux face à la pollution : tout commence au travail. Septembre 2016. Consulté sur https://www.inegalites.fr/Inegaux-face-a-la-pollution-tout-commence-au-travail, le 10/12/2019
  5. Aération et assainissement. Aide-mémoire juridique de l’INRS. Mars 2019. Consulté sur http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=TJ%205, le 10.12.2019
  6. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Protections collectives, Organisation, Ergonomie > Risque chimique. Page : La prévention des risques professionnels des risques des poussières minérales. Février 2015. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=522, le 10.12.2019
  7. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Formation > Fiches Métier. Page : La prévention des risques professionnels des plasturgistes. Septembre 2011. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=357, le 10.12.2019
  8. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Protections collectives, Organisation, Ergonomie > Risque chimique. Page : La prévention des affections professionnelles respiratoires. Novembre 2010. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=270, le 10.12.2019
  9. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Protections collectives, Organisation, Ergonomie > Risque biologique. Page : La prévention des risques professionnels des risques des poussières organiques. Novembre 2010. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-biologique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=129&dossid=520, le 10.12.2019
  10. Renaudin J.M. Allergie respiratoire professionnelle dans l'industrie agroalimentaire. Brochure de l’INRS. Juin 2012. Consultée sur http://www.inrs.fr/header/recherche.html?queryStr=allergie&rechercher=OK, le 10/12/2019
  11. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Formation > Fiches Métier. Page : La prévention des risques professionnels dans les minoteries et semouleries. Rester en bonne santé. Gérer les Facteurs de Risques Environnementaux. Skinny Little Reference Guides. 2007; pages 2-7. Août 2012. Consulté sur
  12. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Formation > Fiches Métier. Page : La prévention des risques professionnels des esthéticiennes. Février 2012. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=396, le 10.12.2019
  13. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Formation > Fiches Métier. Page : La prévention des risques professionnels des coiffeurs. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=208, le 10.12.2019
  14. Site du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Section Politiques publiques de A à Z > Air >Air intérieur. Page : Qualité de l’air intérieur. Décembre 2018. Consulté sur https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/qualite-lair-interieur, le 10/12/2019
  15. Site Officiel Prévention, santé et sécurité au travail. Section Protections collectives, Organisation, Ergonomie > Ergonomie au poste de travail. Page : La prévention des risques professionnels des employés de bureau. Mars 2013. Consulté sur http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/ergonomie-au-poste-de-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=164&dossid=458, le 10.12.2019